FESSENHEIM MACRO-CACOPHONIE

Sans entrer dans un débat écologique, il apparaît évident que la fermeture de la centrale nucléaire n’a pas été préparée en dépit ce que Lrem martèle. Une fermeture précipitée multiplie les risques majeurs pour la nature.

La ministre Lrem Elisabeth Borne s’est engagée publiquement à ce qu’il n’y ait aucune perte d’emploi directe ou indirecte. On en reparle dans une paire d’années ?

Elle ne semble pas du tout connaître ce rapport de dépendance de l’emploi de Fessenheim à la centrale.

De son côté le fantasque et controversé député Lrem Bruno Questel se résoud froidement à « tourner la page d’activité locale… ». Les locaux apprécieront son super soutien. Il a quand même le courage de déclarer que des compatriotes vont « subir de plein fouet » la fermeture. Son intervention ne rassure pas et laisse penser que Fessenheim sera vite rayé de la carte !

Veuillez excuser la mauvaise qualité de la vidéo

Dans le reste du débat, son discours est confus et agressif. Et quand un interlocuteur lui signale, il adopte la tactique de victimisation face à l’opposition.

Encore une petite pique au passage en mettant au nez le faible résultat d’un des débatteurs (donc si je suis bien, si on ne fait que 6% aux élections, les opinions sont forcément nulles). Et voilà comment Lrem fuit le débat quand il devient trop embarrassant.

CACOPHONIE

Tout d’abord un rappel avec la définition de ce mot: Mélange confus, discordant de voix, d’avis. Lrem étant un parti composé à la hâte de gens de droite, du centre et de gauche, forcément les discours ne sont pas uniformes et créent de graves confusions dans l’esprit des Français. Cette cohabitation étrange révèle ses limites. Beaucoup d’amateurisme et d’égos expliquent aussi ces déclarations parfois complètement aux antipodes. L’exemple de Fessenheim n’est pas unique et le manque de cohésion remonte à la surface

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *